Qu’est-ce que la faim ? Comment reconnaître la vraie faim ?

La faim « physiologique »

Elle est nécessaire pour faire fonctionner l’organisme. Elle se manifeste quand l’organisme manque de nutriments et d’énergie.
Comment ?
La glycémie diminue et la ghréline est sécrétée (hormone qui stimule l’appétit).
Les symptômes : gargouillements dans l’estomac, irritabilité, douleurs au ventre, nausées voire même léger malaise.
A cet instant, vous pouvez manger « n’importe quoi » pour assouvir cette faim.
Problème : en ne résistant pas, les aliments les plus susceptibles sont ceux à forte densité calorique : concentrés en gras, sucre et peu riches en eau pour maximiser le gain énergétique.
Le danger est qu’il y ait de ces aliments à proximité (placard, frigo, fast-food, boulangerie, magasin…).
L’enjeu sera donc de ne pas attendre cet instant critique :

  • En luttant coûte que coûte que le moment passe : ce ne sera pas tenable au long terme ;
  • En anticipant : complément alimentaire, activité relaxante ou sportive planifiée à ce moment ;
  • En éliminant l’environnement défavorable : nourriture trop grasse ou trop sucrée à proximité, stress environnant, négatif…

Après avoir mangé, la leptine, hormone de la satiété est relâchée. Sentiment d’apaisement et de rassasiement. Il faut pour cela 20 minutes environ. Quoi que vous ayez mangé.

Nb : la faim physiologique est souvent confondue par ses gargouillements à la « vidange gastrique » : moment où le corps est enfin au repos digestif : cette période lui est alors propice pour s’adonner à d’autres réparations cellulaires et tissulaires, à la construction de nouveaux tissus. Il est donc important de ne pas « manger » toutes les 2-3 heures sous peine de compromettre ces processus.

La faim « sensorielle » ou « hédonique »

C’est une faim qui ne correspond à aucun besoin physiologique, on mange par pur plaisir. Les sens (la vue, l’odorat et le goût) sont très stimulés par des aliments très appétissants qui nous font saliver. Le plaisir alimentaire est lié à une libération de dopamine et devient alors une forme de récompense. Il ne s’agit pas forcément d’aliments trop caloriques mais gouteux. Ainsi, en connaissant les coulisses de l’industrie agro-alimentaire, il est plus aisé de se détacher des aliments qui étaient auparavant appétissants pour les trouver repoussants. Je vous conseille le documentaire à succès Sugarland de Damon Gameau.

La faim « affective »

Elle consiste à consommer de la nourriture lorsque les sentiments vécus sont « négatifs » : ennui, tristesse, colère, stress, peur, anxiété, souffrance mais aussi pour lutter contre la fatigue plutôt que de se reposer ou dormir davantage… l’objectif étant de les effacer.
Il s’agit alors comme pour la faim physiologique, de l’anticiper par les mêmes mécanismes.

Si quelle que soit la faim elle reste difficile à gérer malgré les solutions mises en place, il y aura lieu d’étudier vos intestins, les carences, voire d’envisager un accompagnement mental (sophrologie, hypnose, développement personnel, psychologie…).

Vous devez être connecté dans pour poster un commentaire.