Au cours de la digestion du lait, des produits laitiers ou du fromage, la dégradation de la caséine (protéine du lait) libérerait de la casomorphine, un peptide qui activerait les récepteurs du cerveau liés à la dépendance, tout comme le ferait les opiacés. D’où cette sensation de « quasi plénitude » qui survient après la consommation
Étiqueté sous :